PORTRAIT #9 : Laura, La brûlerie d'Alré à Vannes


Bonjour Laura ! Peux-tu te présenter en quelques mots ?


Je m’appelle Laura Bernard, j’ai Intégré la Brûlerie d’Alré en 2015 et je suis responsable des boutiques. J’ai rencontré Jimmy, l’actuel directeur, en 2012. Nous nous sommes rencontrés au collège puis perdus de vue et retrouvés en 2010. À l’époque, je travaillais en boulangerie. Il y avait déjà une boutique La Brûlerie d’Alré à Auray mais Jimmy et son père, alors directeur, ont eu l’opportunité d’acheter un local au centre commercial de Lanester. Ils m’ont donc proposé la gestion de celui-ci, qui a ouvert en avril 2015. Ensuite, j’ai récupéré le magasin d’Auray et l’ouverture du magasin dans le centre de Vannes. Aujourd’hui, il y a trois magasins et le siège de Plougoumelen.


Pourquoi ouvrir la Brûlerie d'Alré à Vannes ?

Alré veut dire Auray en Breton, c’est le lieu de la première boutique ouverte en 1971.

L’ouverture du magasin de Lanester a été une belle opportunité pour nous développer.

À côté de la distribution BtoB, on souhaitait développer un peu plus la relation directe avec les particuliers, leur faire découvrir notre univers, notre histoire, la qualité de nos cafés.

Une boutique dans le cœur de Vannes est une très belle vitrine ! Notre priorité est de rester indépendant et local, il n’y a pas de franchises.

On est une entreprise familiale avant tout et on a pour objectif d’ouvrir de nouveaux points de vente en centre-ville, toujours en respectant cette éthique.


Quelle est l'histoire de cette Maison ?


Une belle histoire romantique et familiale se trouve à l’origine de La Brûlerie d’Alré :)

Jimmy est en faite le petit fils de Claudine, qui tenait à l’époque un bar à Quiberon. Sa machine à café est tombée en panne plusieurs fois, et elle s'est permise de le dire au directeur de la marque, qui est venu en personne la dépanner à Quiberon et là...ils sont tombés amoureux.

Ils ont acheté la fameuse boutique d’Auray en 1971 pour torréfier et vendre le café aux particuliers. Très vite, ils ont dû agrandir et ont acheté le local de Plougoumelen, l’actuel siège social.

Malheureusement, ce monsieur est décédé à ce moment-là et c'est donc Eric, leur fils (et papa de Jimmy), qui a prit la relève avec sa maman Claudine. Puis Jimmy a repris l’entreprise familiale depuis un an et demi maintenant.

Aujourd’hui, nous sommes 45 collaborateurs passionnés. On se connaît tous, on a plaisir à venir au travail, on est une grande famille au final ! Le plus important pour nous, c’est l’humain, le côté familial et la passion pour le café.





Quel est votre concept ? Votre différence ?

On est avant tout une maison familiale et indépendante. On joue sur la qualité de nos produits ! Le voyage fait aussi partie de notre univers, je reviens d’ailleurs de deux semaines au Mexique et c’est magique de se retrouver au milieux des champs de caféiers, de les voir cueillir à la main ! On ne se rend pas compte, mais derrière un grain de café, il y a beaucoup de travail, de nombreuses étapes, pour avoir un produit de qualité.

À La Brûlerie d’Alré, on ne sélectionne que des méthodes de cueillettes manuelles et on ne garde que des grains entiers de qualité. C’est pour cela qu’on a plaisir à les montrer en magasin ! Nous allons les moudre à la demande, en fonction de la méthode d'extraction. On privilégie le côté terroir et traditionnel et on voit qu’il y a un vrai retour vers ces valeurs de la part des consommateurs.

On propose également du thé, de la maison française Dammann, une des seules qui fait son processus d’aromatisation en France et ne sous-traite pas à l’étranger.


Quel est votre produit "hero" ?

Nos mélanges, que l’on appelle blend ou assemblage de plusieurs variétés de café Arabica. C’est la recette maison proposée depuis 1971, je ne la connais même pas ! C’est la recette secrète La Brûlerie d’Alré que l’on ne retrouve nulle part ailleurs !

On va avoir le mélange Louis (c'est d’ailleurs le nom de mon fils) qui est doux et équilibré, et le mélange Nino Leny, qui est corsé et équilibré.

Autre produit phare mais luxe, le Jamaïca Blue Mountain, un des cafés les plus rares du monde. On le reçoit en fût et non en toile de jute comme les autres, c’est le grand cru du café. Nous collaborons avec les plus beaux établissements étoilés de Bretagne, et nous proposons des cafés d'exception. On retrouve le Jamaïca en boutique à Noël, pour les connaisseurs de café.


Tes adresses préférées à Vannes et alentours ?

J’adore la boutique de mode indépendante Zizanie, à Vannes et à Auray ! Sinon, La Galerie Alréenne, Les Cops, ou Little Marmaille, je pourrais y passer des heures !

Mon lieu préféré reste Saint-Goustan. Nous avons la chance d’y habiter et je ne m’en lasse pas ! D’ailleurs, ma sœur a ouvert une super crêperie au mois de mai 2019, la Goustanaise...et elle a un très bon café ;)


Un mot en breton ?

Kafe !