CONNAISSEZ-VOUS VRAIMENT VOTRE CAFÉ ?

Café la Brûlerie d'Alré Vannes


Une bonne journée commence toujours par un bon café ! Mais connaissez-vous vraiment votre café ?

On a décidé de vous en apprendre un peu plus avec l’aide de Laura, la responsable des boutiques La Brûlerie d’Alré. On vous parie que vous n’allez plus regarder votre café de la même manière après cet article ;)


Le long voyage d’un grain de café... de la cerise à nos tasses !


Derrière un grain de café, il y a tout un chemin et tout un travail ! C’est ce que nous raconte Laura, qui rentre de deux semaines au Mexique pour visiter les caféiers.

Tout part du fruits du caféier, qui ressemble à une cerise rouge. Une fois les cerises arrivées à maturation, il faut les cueillir, sachant que sur un même arbuste les fruits mûrissent à des vitesses différentes. Trop facile sinon !




Pour cela, il existe deux type de cueillette :


- La méthode manuelle, dite “picking”.

Il s’agit de la méthode la plus appropriée pour obtenir un café de meilleure qualité car les cerises de café sont cueillies à la main en fonction de leur maturité. C’est donc un travail très fastidieux, coûteux et qui prend du temps, mais on est sûr d’obtenir un café noble de haute qualité ! La Brûlerie d’Alré utilise cette méthode pour récolter son café :)


- La méthode de l'égrappage, dite “stripping”.

Il s’agit d’une méthode beaucoup plus rapide mais moins qualitative car toutes les cerises de café sont récoltées en même temps, en arrachant quelques feuilles et brindilles de l’arbuste et sans prendre en compte la maturité des cerises au cas par cas.


Ensuite, il faut extraire les grains de café !

Les cerises renferment une sorte de gelée qui protègent deux grains de café verts (car oui, le grain de café est vert à la base). Mais pour atteindre ces deux grains, il faut beaucoup d’étapes, les faire sécher, les laver… En gros, sur 250 kg de cerises, il ne reste que 60 à 70 kg de grains de café verts !


Une fois que l’on a les grains de café verts, ils vont passer par un système de tami pour trier les gros grains, ceux qui sont beaux et entiers, des grains tout cassés, que l’on ne garde généralement pas ! Enfin ça, c’est dans le cas d’un café de qualité, comme celui de la Brûlerie d’Alré… Mais beaucoup de GMS (Grandes et Moyennes Surfaces) les utilisent en café moulu, car ça ne se voit pas ;)

Puis, ce café vert va encore perdre environ 20% à la torréfaction, car il faut enlever toute l’humidité. En sachant tout cela, on n’ose plus faire tomber un grain de café par terre, n’est-ce pas ?


Il existe 2 grandes familles de café

Il y a l’Arabica, le vrai café :) Il pousse en plaine, à flanc de montagnes. Souvent difficile à cueillir, il a des arômes forts ! Il peut avoir différentes qualités aussi en fonction de sa méthode de récolte. S’il est cueilli en stripping, il sera de moins bonne qualité mais il s’appellera toujours Arabica, alors attention, renseignez-vous ;)

Et il y a le Robusta, plus facile à cueillir et donc moins cher. Il est souvent utilisé en GMS et dilué dans de l’Arabica. Il faut savoir qu’un 100% Robusta n’existe pas, tellement ça fait mal au ventre, ce n’est même plus du café !



Un café = des possibilités infinies !


Comme pour le vin, un même café peut avoir des possibilités infinies en terme d’arômes :)

Un grain de café va avoir une qualité et un goût différent en fonction de sa région, de sa famille, de la température, la méthode de récolte, la technique de torréfaction, l’humidité et même le type de cafetière ! Tout cela va jouer sur la sucrosité, l'amertume, les notes, la rondeur en bouche …

Laura nous explique que les machines torréfacteurs sont heureusement équipées d’un système informatique aujourd’hui, pour pouvoir informatiser certains éléments comme la température, et garder une même constance. Mais l’oeil termine toujours la torréfaction ! Car à 10 secondes près, on n’a plus la même couleur de café !



Il n’y a presque pas de caféine dans un espresso !


On pense tous que plus un café est court et corsé en bouche, plus il y a de la caféine ! D’ailleurs, on prend un petit espresso quand on a un coup de mou et hop ! C’est reparti !

Et bien, c’est faux ! En faite, l’espresso est le type de café qui contient le moins de caféine.

Pourquoi ? La caféine se libère lorsque le café est en contact avec l’eau chaude et cela met plusieurs secondes. Pour faire un espresso ou café court, le café reste entre 20 et 30 secondes au contact de l’eau. Il va donc dégager très peu de caféine (environ 30 mg). Par contre, un café allongé va rester plus longtemps en contact avec l’eau et donc libérer plus de caféine (environ 160 mg).

La bonne nouvelle, c’est que vous allez pouvoir boire votre espresso le soir sans crainte de faire une insomnie maintenant ;)


Où trouver les cafés de La Brûlerie d’Alré ?


Pour avoir un café de la meilleure qualité, rendez-vous à :

La Brûlerie d’Alré à Vannes

11 rue de la Monnaie

56000 Vannes

02 97 68 31 24